12/06/2005

NOTE PLUS ANCIENNE
Wild Palms Music : promouvoir les artistes indépendants francophones online Wild Palms Music a ouvert son activité de label distributeur-aggrégateur en février 2005 avec l’idée de défendre les artistes francophones indépendants pour la distribution de musique en ligne et d’offrir une alternative aux sociétés anglo-saxonnes. Wild Palms Music annonce cette semaine un partenariat avec VirginMega afin d’offrir la possibilité aux artistes qui n'ont pas encore signé avec une maison de disques de distribuer leur musique sur Internet. Plus Globalement, Wild Palms Music (mais d’où vient le nom ?) permet à tous les artistes autoproduits et aux petits labels français ou francophones de distribuer leur catalogue sur les sites de téléchargement de musique en ligne, sur l’ensemble des supports digitaux (musique digitale, sonneries, 3G, set top box…). L’équipe est composée de 3 personnes permanentes + un comité artistique de professionnels. Le catalogue n’est pas disponible pour l’instant sur le site… suspens ! «Nous nous positionnons sur le même modèle qu’une société comme Naïve qui, hormis son activité de label, est aussi reconnue dans le métier pour son activité de distribution physique. Nous assurons la découverte de nouveaux talents, la garantie d’un produit fini qualitatif (jaquettes, formats audio, gestion des droits…), la mise en vente sur les plates-formes ainsi que la promotion (podcast, marketing viral, newsletters, relations chefs produits, radios, etc…) et bien sur le financement dans le cas d’un contrat en exclusivité multi-supports. » Combien ça coûte, combien ça rapporte ? Wild Palms Music offre deux types de contrats. · Un contrat sans exclusivité où l’artiste reste maître de ses droits sur ses enregistrements, · Un contrat avec exclusivité où la société assure la promotion de l’artiste. Il n’y a ni droit d’entrée, ni frais, qu’ils soient techniques ou administratifs. Wild Palms Music se réserve par contre le droit de sélectionner les artistes. Wild Palms Music propose à ses partenaires revendeurs...
NOTE PLUS RECENTE
« L’expérience musicale » : un levier de dynamisation pour la musique en ligne! Article co-écrit avec Alban Martin - Publié sur InternetActu le 29/06/05 1/ Où s’est déplacée la valeur dans la filière musicale ? La musique en ligne se cherche un nouveau modèle. L’essor des réseaux d’échange type Peer to Peer pourrait laisser penser à première vue que le public n’accorde plus de valeur marchande à la musique numérique. Or l’institut Jupiter Research nous apprenait en novembre 2003 que 26% des abonnés au haut débit étaient prêts à acheter de la musique en ligne. On estime à 6 millions le nombre d’abonnés haut débit en France à la fin de l’année. Il pourrait donc exister un potentiel de plus de 1,5 millions de consommateurs prêts à payer pour la musique. Reste à trouver le bon modèle. Plus qu’un bon morceau de musique, ce que recherche le public est une bonne expérience musicale : c’est-à-dire une relation à la musique, à son auteur, à son univers sonore à la fois unique et chargée d’émotions. Une musique nous fait vibrer, ou sinon, on ne l’écoute pas. Et de telles vibrations, au-delà du talent, s’obtiennent en réduisant la distance avec les fans, en passant d’une relation anonyme, de masse, à une interaction personnelle et émotionnelle forte. Par rapport au CD, l’expérience musicale offerte par un concert live génère plus d’émotions en diminuant la distance physique et en immergeant complètement le fan dans l’univers de l’artiste. Signe des temps, les concerts ne se sont jamais aussi bien portés au cours de ces dernières années : Le Printemps de Bourges et le Zénith de Paris ont récemment dépassé leur record de fréquentation avec 1 million de spectateurs. La suite ICI

Sylvie Krstulovic

Une femme passionnée par les stratégies marketing dans le secteur des contenus numériques. Suivez-moi sur https://twitter.com/krustul

TypePad France

Les commentaires récents